L'Agriculteur Charentais 30 janvier 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

2014 - L'année de la préfète

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Jusqu'à fin janvier, on a droit à des vœux. Lundi, Béatrice Abollivier présentait les siens à la presse et faisait un tour des «sujets brûlants» : la grande marée attendue cette fin de semaine, les filières de la Malconche au tribunal administratif, la situation économique, la sécurité, les toutes prochaines élections municipales. Pour ces dernières, les modes de scrutin ont changé et elle promet de «communiquer», dans les prochaines semaines, ardemment tant auprès des futurs candidats que des électeurs. Mais il y a fort à parier que 2014 ressemble dans l'activité préfectorale à l'année qui l'a précédée : PAPI, plan de prévention, suivi des défaillances d'entreprises. D’autant que cette discussion avec la presse a beaucoup attaché d’importance aux défenses à la mer, avant la grande marée d’aujourd’hui, entre autorisations, travaux débutés et meilleures formules. Tout, sauf qu'il y aura trois élections : municipales en mars qui vont remettre en chantier les intercommunalités nouvelles, «avec peut-être de nouvelles compétences», européennes en juin «sans profession de foi papier reçues à domicile», sénatoriales fin septembre. Dans ce balayage de l'actualité, la préfète a insisté sur «la méthode» des services de l’État sur «les instructions de dossiers.» Interrogée sur la notion de «dossiers béton», elle explicite : «si on prend le seul exemple des études d'impact, comme nous faisons l'instruction des dossiers, nous intervenons dans une sorte de conseil pour les petits porteurs de projets qui n'ont pas l'habitude du montage de ces dossiers.» Elle poursuit : «nous préférons demander plus au moment de l'instruction. Dans les projets de loi sur l'eau, pour les réserves, les digues, les porteurs de projet isolés n'ont pas de modèles. Nous jugeons, de suite, les manquements ou des ajustements pour affiner les dossiers.» Béatrice Abollivier estime que «le nombre de recours est croissant. Tout est attaqué... Dans l'instruction, nous faisons en sorte que les dossiers soient le mieux armés possible devant ces recours.» Comme quoi, une année suit l'autre. Un aspect intéressant : les services de l’État seront en «droit de réserve» avant les élections et donc travailleront dans l'ombre durant un trimestre cette année.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui