L'Agriculteur Charentais 02 janvier 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley/Nelly Fray

2014 - Nouvelle année, nouvelle donne, nouveaux concepts, nouveaux défis

Impossible de connaître l’année à l’avance. Mais déjà, les jalons ont été posés en 2013 : Pac, Loi d’Avenir, agri-écologie, haute performance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Suzanne Tallard
Suzanne Tallard - © AC

Les chiffres 2013 de la «performance agricole française» sont connus. Avec les éternelles disparités que peuvent générer les spéculations, les productions, les régions ou les terroirs. (voir notre précédente édition.) Qu’en sera-t-il de 2014 ? Bien devin sera celui (ou celle) qui peut le dire à l’aube de la nouvelle année. Toujours est-il que celle-ci devrait apporter son lot de «nouveautés» : nouvelle PAC, négociations tous azimuts pour son application en Europe, en France et dans les régions qui deviennent «gestionnaires» en partie du second pilier, vote et mise en place de la Loi d’Avenir, nouvelles dispositions de la directive Nitrates… Sans parler d’installation de l’agro-écologie et de l’agriculture haute performance envisagée par l’Inra et le ministère. On réoriente pour cela les instituts techniques, à travers le contrat d’objectifs pour la période 2014-2020. Une cinquantaine de pages fixe sept actions de référence, dont notamment «détecter l’innovation» (être à l’affût de pratiques originales mises en œuvre avec succès sur le terrain), «valoriser et transférer les outils et références produits» (fournir des références aux agriculteurs), «évaluer les actions conduites et leurs impacts» (mesurer la satisfaction des clients, revenir sur les difficultés rencontrées). Tout cela «en cohérence avec le projet agro-écologique.»

Lire la suite  dans notre édition du 3 janvier

Suzanne Tallard
“Je suis là pour cela : faire prendre en compte le terrain”
Quel regard porte une députée sur la Loi d’Avenir ? Que fait-elle des «cahiers de doléances» dont elle est la destinataire ? Suzanne Tallard est députée PS de la Charente-Maritime. Très présente dans le monde agricole, elle porte un regard extérieur à la discussion qui se mène actuellement sur la Loi d’Avenir. «Nous avons peu de pouvoir. Ceci dit, des députés en groupe de travail ont beaucoup travaillé ce projet de loi. Je n’en étais pas, car nous ne pouvons pas être partout.» Humblement, Suzanne Tallard confie que le métier de députée est prenant pour qui «veut bien faire.» Première loi de janvier, les amendements y seront discutés. Elle regrette le délai court entre la remise du projet de loi et le dépôt possible des amendements. 8 jours. «C’est une méthode de travail que nous dénonçons. Cela ne permet pas aux parlementaires de travailler. Plancher sur un projet de loi sans son texte est vain.» La députée a rencontré, à sa demande, les «acteurs» du monde agricole départemental «pour avoir leur avis.» La veille des «corps intermédiaires» permet une pré-rédaction des amendements. Sur les mesures environnementales, elle constate un «consensus» autour de la problématique, mais «sans que se rajoutent des normes supplémentaires.» Elle ajoute : «c’est facile de mettre des contraintes maximalistes sans connaître la réalité du travail des agriculteurs.»

Lire le portrait de la député dans notre édition du 3 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
3 656 élèves
Les 30 maisons familiales et rurales du Poitou-Charentes ont accueilli en 2015 pas moins de 3656 élèves en formation initiale scolaire du ministère de l’Agriculture (soit 47,5 % des effectifs de l’enseignement agricole de la région). Un effectif qui est en légère diminution: 55 élèves de moins. Une chute qui se matérialise pour au moins 4 associations par une perte de plusieurs dizaines d’élèves. Le contexte économique des territoires concernés peut être une des causes. En revanche , les chiffres concernant la formation continue progressent, avec 2532 stagiaires formés en 2015 sur 27 MFR.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui