Terra 08 février 2018 à 01h00 | Par Jean Dubé

3 cas d’Influenza aviaire faiblement pathogène détectés dans le Morbihan

Trois foyers du virus Influenza aviaire faiblement pathogène ont été confirmés dimanche 4 février dans trois élevages de canards destinés au gavage situés à Arzal, Pluméliau et Sérent dans le Morbihan. L’ensemble des élevages représente 25 000 canards. Le jour même, le Préfet du Morbihan a réuni les services de l’État compétents, les représentants de la chambre d’agriculture et les élus des communes concernées pour les informer des mesures prévues par la réglementation et étudier les difficultés des exploitations touchées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"Aucun lien n’a été mis en évidence entre les foyers détectés dans le Morbihan et les souches hautement pathogènes qui ont justifié en 2016 et 2017 des abattages massifs de volailles dans le Sud-Ouest de la France",  précise le communiqué de la préfecture du Morbihan.
"Aucun lien n’a été mis en évidence entre les foyers détectés dans le Morbihan et les souches hautement pathogènes qui ont justifié en 2016 et 2017 des abattages massifs de volailles dans le Sud-Ouest de la France", précise le communiqué de la préfecture du Morbihan. - © Terra

Côté pouvoirs publics, on se veut rassurant : "l’identification de ce virus qui infecte les oiseaux sauvages et les oiseaux domestiques, sans menace pour l’homme, n’a pas de caractère exceptionnel et sa circulation est connue", précise un communiqué préfectoral. Ceci étant, même si la menace de cette "suspicion d'Influenza aviaire" semble faible, elle est suffisamment sérieuse pour que, sur proposition de la direction départementale de la   [...]

 

» Lire la suite sur le site Terra

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.