L'Agriculteur Charentais 04 août 2016 à 08h00 | Par A.M.

Abattoir de confolens : Incertitude sur son avenir

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis quelques mois, l’abattoir de Confolens accumule les mauvaises nouvelles avec le départ de Demont, le principal apporteur (3 500 tonnes, soit 40 % du tonnage total). En début d’été, c’est le directeur Didier Vial qui a démissionné pour rejoindre à partir du mois d’août l’abattoir de Ribérac en Dordogne. Marie-Laure Lebraud, responsable qualité, assurera les fonctions de directrice en plus des siennes. Face à cette situation, la Communauté de communes du Confolentais, qui gère l’établissement, commence à faire des économies en attendant l’arrivée d’un ou de plusieurs apporteurs pour compenser la perte de tonnage de Demont. D’autres économies vont être réalisées sur la chaîne d’abattage des porcs qui ne tournera plus que deux jours par semaine au lieu de cinq. Quid dans ce contexte des 35 équivalents temps plein qui travaillent désormais dans l’établissement ? «On a pris les mesures nécessaires pour équilibrer l’outil au tonnage qui nous reste. On fait de la prospection avant tout sur le porc même si nous sommes multi-espèces. Aujourd’hui, l’abattoir est à l’équilibre. Le départ du directeur est lié à un choix personnel. C’est un poste qui pesait. Nous avons eu une autre démission. Je ne peux pas assurer que l’on garde un certain nombre de CDD que nous avons mais on fera tout pour conserver l’emploi et assurer la bonne marche de cet outil », explique Philippe Bouty, le président de la Communauté de communes du Confolentais.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.