L'Agriculteur Charentais 12 janvier 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Abattoir - vidéosurveillance : Olivier Falorni regrette le retrait

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le député rochelais Olivier Farloni (PS) a annoncé son «atterrement» à la suite du retrait de l’article concernant la vidéosurveillance dans les abattoirs par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, lors de l’examen de la loi relative au respect de l’animal en abattoir. Également président de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs, il rappelle que 85 % des Français sont favorables à cette mesure. Il regrette «la position extrêmement conservatrice de la commission», ainsi que celle du ministère de l’Agriculture, «malheureusement fermée». «Cette position conservatrice est d’autant plus incompréhensible que le rapporteur avait proposé de reporter l’entrée en vigueur de la mesure au 1er janvier 2018, ce qui aurait laissé letemps au gouvernement et aux professionnels de mener à bien l’expérimentation qu’ils disent appeler de leurs voeux», peut-on lire dans le communiqué. Olivier Farloni précise qu’il a finalement voté contre le «texte totalement dénaturé».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui