L'Agriculteur Charentais 06 octobre 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Abattoirs, les préconisations déjà réalisés à Surgères

Conforme, tracé, attentif, Sibcas classe l'abattoir surgèrien dans le haut du panier

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ac

Maintenant que le rapport parlementaire sur les abattoirs est public (en libre accès sur notre site internet), fort de ses 65 propositions, comment est-il apprécié ? «Circulez, y’a rien à voir» dit en substance Nicolas Joyet, le directeur de l’abattoir de Surgères, Sibcas. Rien à voir car les quelques préconisations médiatisées du rapport ne sont pas pour sa structure des nouveautés : la vidéo, elle est déjà en place ; les sas de contention, aussi ; la formation des salariés, la présence des vétérinaires, un responsable de la protection animale, idem. Nicolas Joyet ouvre volontairement ses portes. Il l’a fait en juillet dernier à Olivier Falorni. Ce que met en avant le directeur de Sibcas, 6000 t par an, essentiellement des gros bovins, c’est la traçabilité, les process dans l’abattoir : codés, répertoriés, inventoriés, partagés, transparents. Que se déchaînent des campagnes sur la toile contre de mauvaises pratiques, son abattoir est «clean» et entend le rester. Que l’on sanctionne les abattoirs défectueux, il n’est pas contre. «C’est la loi» rétorque-t-il, s’interrogeant quand même sur ces vidéos montées. 95 personnes travaillent à Surgères où le bien-être animal se réfléchit bien avant l’arrivée de l’abattoir. «Nous recherchons ensemble dans la filière comment produire de la qualité. C’est ce qui valorise la production» instille Nicolas Joyet, «mais il ne faut pas occulter qu’abattoir veut dire mise à mort. C’est sa vocation.» Les techniques normées d’engourdissement avant abattage sont les seules autorisées. Le directeur de Sibcas répète que la présence quotidienne de vétérinaires, avant, pendant, et même après l’abattage et le découpage des animaux est un gage de qualité.

 

lire la suite dans notre édition papier du 30 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui