L'Agriculteur Charentais 13 mars 2014 à 08h00 | Par Arvalis/Chambres d'Agriculutre

Acidité du sol - Enjeux de l’acidité sur la production des cultures

Sa maîtrise est une nécessité pour assurer le potentiel des cultures, mais la sensibilité des cultures à l’acidité est variable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Symptôme de carence en phosphore (rougissement des feuilles/gaines) ou magnésium (ponctuations, jaunissement) sur les vieilles feuilles : l'acidité limite l'absorption de ces deux éléments.
Symptôme de carence en phosphore (rougissement des feuilles/gaines) ou magnésium (ponctuations, jaunissement) sur les vieilles feuilles : l'acidité limite l'absorption de ces deux éléments. - © Arvalis

La toxicité aluminique est responsable des baisses de rendement en sols acides. La concentration des ions aluminium dans la solution du sol croit fortement avec la baisse du pH et ceux-ci deviennent toxiques à partir d’un certain seuil de pHeau, toujours inférieur à 5,5 mais très variable selon la nature du sol et l’espèce cultivée. Ces composés provoquent une forte réduction de la croissance des racines qui s’épaississent, brunissent et se ramifient peu (cf photos). Elles ne sont plus alors capables d’assurer convenablement l’alimentation minérale et hydrique des plantes. 

Des comportements différents entre espèces
Parmi les céréales à paille l’orge s’avère plus sensible à la toxicité aluminique alors que le triticale l’est moins. Au-dessus d’une valeur de pH eau de 5.5, le risque de toxicité de l’aluminium est absent, quels que soient le type de sol et l’espèce cultivée. C’est la raison pour laquelle ce seuil a été retenu comme limite inférieure de pH eau à ne pas franchir.Les résultats de 34 essais mis en place dans l’ouest, le centre et sud-ouest, et comparant plusieurs doses d’amendements sur blé, orge et colza a confirmé ce seuil.La luzerne est une espèce particulière car le pH eau doit être au moins de 6.0 au moment de l’installation de la culture pour que la fixation symbiotique d’azote de l’air soit abondante.  Pour les légumes sensibles à l’acidité (épinard, choux, haricots), l’UNILET conseille de  viser un pH eau > 6.5. Il faut  surveiller les carences en Bore qui peuvent s’exprimer davantage en pH supérieur à 7, en particulier sur pois, haricot, choux, carotte, céleri. 

Différencier prairies temporaires et permanentes
Le chaulage des prairies doit être abordé différemment selon qu’il s’agit de prairies temporaires ou de prairies permanentes. Les prairies temporaires s’inscrivent dans une succession de cultures dans laquelle le contrôle de l’acidité du sol est géré par des apports d’amendements incorporés dans le sol avant l’implantation des cultures annuelles ou avant celle de la prairie. Il n’y a pas lieu dans ce cas de gérer différemment le chaulage entre les cultures annuelles et la prairie. Les prairies permanentes, sont caractérisées par une acidité plus marquée sur l’horizon de surface (0 à 5 cm). C’est donc à cette couche de surface qu’il faut prêter attention d’autant plus que, les amendements n’étant pas incorporés dans le sol, c’est essentiellement à ce niveau que s’opèrent les variations de pH dues aux apports d’amendements basiques.La matière organique plus importante dans l’horizon de surface fixe l’aluminium et contribue ainsi à réduire sa toxicité. De ce fait la toxicité aluminique ne se manifeste guère pour ce type de prairie tant que le pH eau demeure supérieur à 5,0 dans les 5 premiers centimètres de terre.

Arvalis/Chambres d'agriculture présentent un dossier complet sur l'acidification des sols et les solutions pour y remédier dans notre édition du 14 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
3 656 élèves
Les 30 maisons familiales et rurales du Poitou-Charentes ont accueilli en 2015 pas moins de 3656 élèves en formation initiale scolaire du ministère de l’Agriculture (soit 47,5 % des effectifs de l’enseignement agricole de la région). Un effectif qui est en légère diminution: 55 élèves de moins. Une chute qui se matérialise pour au moins 4 associations par une perte de plusieurs dizaines d’élèves. Le contexte économique des territoires concernés peut être une des causes. En revanche , les chiffres concernant la formation continue progressent, avec 2532 stagiaires formés en 2015 sur 27 MFR.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui