L'Agriculteur Charentais 04 mai 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

ACPEL : Les financements s’expérimentent

L’association d’expérimentation légumière a réitéré sa volonté de maintenir et de développer son outil.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
David Bouvard, technicien, Tony Thibault président et Jean-Michel Lhote, directeur.
David Bouvard, technicien, Tony Thibault président et Jean-Michel Lhote, directeur. - © AC

Lutter contre la mouche mineuse sur le poireau en agriculture biologique, contre la bactériose du melon charentais, étudier le comportement des variétés de melon destinées au créneau sous «chenilles», ou bien comparer l’efficacité et la sélectivité de différentes stratégies de désherbage sur l’oignon jaune de semis... la liste des activités de l’Acpel, association Charentes-Poitou d’expérimentation légumière, est longue. «Pas moins de 10 actions, soit 33 essais ont été réalisés sur 20 exploitations de 17 communes du Poitou-Charentes, en 2016» a précisé David Bouvard, technicien au sein de la structure, à l’occasion de l’assemblée générale, à St Hippolyte, début avril. A noter que la quasi-totalité des expérimentations entrent dans le plan Ecophyto. La réalisation des essais sur site est un atout majeur. «Les producteurs proposent les programmes. Il y a une synergie et une imprégnation du territoire. C’est une force.» a souligné le président, Tony Thibault.

Lire la suite dans l’édition papier du 28 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui