L'Agriculteur Charentais 11 août 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Action JA 17 : Recultiver les terres en friches auprès des agglomérations

Les terres en friches en périphéries des agglomérations, des jeunes manquants de foncier, la ville qui avance sur les parcelles agricoles : dilemme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les jeunes mobilisés du canton de Saintes.
Les jeunes mobilisés du canton de Saintes. - © AC

Les belles paroles sont nécessaires. Mais les actes sont mieux appréciés. Trouver que les agglomérations en Charente-Maritime grignotent trop les terres agricoles est une position dénoncée par le monde agricole. Si on ajoute la problématique du foncier remis sur l’ouvrage par les Jeunes Agriculteurs 17, voir, en plein été, un champ de 10 ha moissonné donne du baume au cœur. Comme pour prouver que les choses peuvent avancer. C’est ce qu’élus, syndicalistes jeunes ont montré, mardi dernier, au pied des silos d’Océlia, dans la zone des Charriers à Saintes.
Trois moissonneuses batteuses, deux remorques, les silos-bulles en fond de paysage d’un côté, les clochers de l’Abbaye aux Dames de l’autre, voilà le «théâtre» d’une opération menée par les Jeunes Agriculteurs du canton de Saintes qui ne manquent pas d’intérêt. A la fin novembre, ces mêmes syndicalistes jeunes avaient mené une action pour montrer au grand public que la perte du foncier agricole était préjudiciable à l’activité agricole, surtout dans les espaces péri-urbains. Le foncier fait partie du fonds de commerce des revendications syndicales jeunes. «Un nerf de la guerre.» Pour être pédagogiques, les Jeunes Agriculteurs 17 avaient, avec l’aide logistique du groupe coopératif Océlia (semences et traitements), semé dix hectares en blés. Début août, ils récoltent ces dix hectares au profit de l’AFDI de Charente-Maritime, déductions faites des charges.

Lire la suite dans l'édition papier du 5 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).