25 avril 2013 à 13h55 | Par Alexandre Merlingeas

ADE2C - Trouver les moyens de fidéliser les éleveurs

Chercher à augmenter le nombre d’adhérents pour continuer à organiser des filières courtes et rémunératrices.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Axelle Thalier, Freddy Duchadeau, et Daniel Le Saux de l’ADE2C.
Axelle Thalier, Freddy Duchadeau, et Daniel Le Saux de l’ADE2C. - © A.M.

L’association d’éleveurs ADE2C qui couvre la Charente et la Charente-Maritime a tenu son assemblée générale le 19 avril chez Philippe Mapas au centre équestre de Flamenac à Pranzac. Il ne fallait pas voir dans le choix de ce lieu un quelconque clin d’oeil aux affaires de lasagne à la viande de cheval, même si la coïncidence a fait un peu sourire l’auditoire. L’Earl Charente Périgord qui chapote la structure détient également un élevage bovin de 150 mères limousines.La situation du marché de la viande, actuellement, est assez paradoxale car si les cours sont élevés pour des raisons de manque de marchandise, et non de hausse de la consommation, les charges explosent aussi, en particulier l’aliment pour les bêtes. Dans ce contexte, pas facile de fidéliser les éleveurs pour l’ADE2C. (Lire la suite de l'article dans l'édition du vendredi 26 avril)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

9 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
64 900
La filière Elevage et Viande participe à la vie du territoire néo-aquitain. Elle représente 64900 emplois (25 % des emplois français du secteur) soit : 42 300 pour le secteur de l'élevage ; 700 pour le secteur de la mise en marchés ; 4 000 pour le secteur de l'abattage et de la transformation et du commerce de gros ; 17 900 pour le secteur de la distribution (boucheries artisanales, supermarchés, restauration).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui