L'Agriculteur Charentais 29 janvier 2015 à 08h00 | Par FNSEA Poitou Charentes

Administratif : Le document unique, un tableau de bord pour identifier les risques liés à la pénibilité

Le document unique est l’élément de référence indispensable et obligatoire pour l’évaluation des risques professionnels dans l’entreprise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chaque année ou lorsque les conditions d’exposition aux risques changent, le document unique doit être mis à jour.
Chaque année ou lorsque les conditions d’exposition aux risques changent, le document unique doit être mis à jour. - © AC17

La fiche de prévention des expositions complète le document unique d’évaluation des risques professionnels et celui-ci évolue avec les fiches dites «pénibilité». Les deux outils sont intimement liés et en permanente interaction.Le document unique est l’élément de référence indispensable et obligatoire pour l’évaluation des risques professionnels dans l’entreprise. Il consiste à identifier toutes les activités exercées par les salariés susceptibles d’être la cause d’accidents ou d’engendrer des maladies professionnelles. Pour élaborer ce Duerp, l’employeur définit des unités de travail rassemblant les salariés soumis aux mêmes risques : cela peut-être un lieu de travail (le verger ou la stabulation), ou une activité de travail (la cueillette ou le traitement-alimentation et soin au bétail).

Lire le dossier spécial "pénibilité", le mode d'emploi si vous êtes chef d'exploitation et employeurs :
- vu du côté salarié
- vu du côté employeur
- le document unique
- l'exposition au risque
- les facteurs de risque 
dans notre édition du 30 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui