L'Agriculteur Charentais 25 mai 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

AFDI : Petits pas, mais grandes choses

Tchad et Madagascar, terres d'accompagnement et d'espoirs. Bilans provisoires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au printemps et cet été, les JA 17 exploitaient des parcelles en friches de la CdA de Saintes. Le produit de la récolte a été reversé à l'AFDI. Le chéque a été remis à l'issue de l'assemblée générale, lundi.
Au printemps et cet été, les JA 17 exploitaient des parcelles en friches de la CdA de Saintes. Le produit de la récolte a été reversé à l'AFDI. Le chéque a été remis à l'issue de l'assemblée générale, lundi. - © AC

Là-bas. Aux fins fonds du Tchad ou de Madagascar, il est des agriculteurs que l'histoire agricole française peut être utile. Sur cette base, l'AFDI Charente-Maritime a bâti son partenariat. Depuis des décennies. Et les moindres petites avancées paraissent des grands pas : celle de la prise en charge technique, celle de l'arrivée raisonnée de la mécanisation, celle de la place des femmes, celle d'une prise en main des jeunes sur le cours des choses. Que Luc Raimond, JA, raconte le périple dans les différentes régions du Tchad, «là où oeuvre Atader» sous la houlette de Théophiple Mbangnadji dans le Logone oriental, il ressort le même essaimage de questionnement. A la destination du monde agricole, là-bas.

Lire la suite dans l'édition papier du 19 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.