L'Agriculteur Charentais 20 février 2014 à 08h00 | Par Gérard Seguin

AG SICA Cognac - Marnier passe à l’orange, les signaux sont au vert

Associée à Grand-Marnier, elle est toujours l’occasion d’un tour d’horizon et de messages intéressants quant à l’évolution de l’économie du cognac. 2014 ne déroge pas à la règle…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au micro, Jean-Bernard de Larquier, président de la SICA, aux côtés de Patrick Raguenaud, directeur de Marnier Lapostolle.
Au micro, Jean-Bernard de Larquier, président de la SICA, aux côtés de Patrick Raguenaud, directeur de Marnier Lapostolle. - © VC

Ils étaient encore nombreux cette année au Château de Bourg-Charente à avoir répondu à l’invitation conjointe de Jean Bernard de Larquier, président de la SICA, et Patrick Raguenaud, directeur de Marnier Lapostolle. Après l’inauguration l’an passé de la distillerie d’écorce d’orange, la campagne qui vient de s’achever fut un peu plus calme mais néanmoins très active, dans l’esprit d’une «construction durable» avec la prochaine construction d’un nouveau chai de stockage. La maison Marnier ne fait jamais beaucoup de bruit mais elle se développe sans cesse en parfaite harmonie. Quand certains négociants importants réduisaient de manière drastique leurs approvisionnements, le SICA Marnier se limitait à une baisse de 10 % en volume. De quoi s’attirer la fidélité de viticulteurs de tous crus. Pour la petite centaine de livreurs, l’embellie récente s’est traduite par une évolution des prix autour de 10 %. «Le prix ne doit pas être la seule évolution favorable, souligne toutefois le président, il faut évoluer tous ensemble et tout mettre en œuvre pour améliorer le revenu par une augmentation du rendement. Il faut donc limiter l’évolution du coût de production à l’hectolitre d’alcool pur et penser durabilité et constance». Jean Bernard de Larquier est revenu sur une récolte 2013 atypique et très perturbée par le climat, a rappelé les moyennes régionales et précisé que ce sont 90 000 Hl/Ap maximum de Réserve climatique qui pourraient être libérés.

Lire la suite dans notre édition du 21 février

Nouveaux produits sur les marchés
Concernant les marchés du cognac, Patrick Raguenaud précise que le tassement des expéditions en Chine n’impacte pas Grand Marnier, peu présent dans ce pays, et il rappelle les tendances lourdes comme la montée en gamme du cognac, le développement important de nouveaux consommateurs dans le monde et l’impact des marques. Si les Etats-Unis représentent plus de 50 % du CA de Grand Marnier, la maison développe aussi ses positions en Amérique latine, en Afrique et en Orient, comme l’a démontré la directrice commerciale Anne-Claire Delamarre. Les plus belles progressions concernent l’Europe, où Grand Marnier bénéficie du bon travail de son nouveau distributeur Diageo, et l’Asie avec + 8 % en 2013 qui fait suite à un + 21 % en 2012. Au total, Grand Marnier affiche une progression de ses ventes de 2,5 % en 2013. Les clefs du succès sont une alliance solide avec ses distributeurs, des investissements importants et constants sur les marchés, un renforcement de l’image de marque et la premiumisation du produit. Les efforts de marketing pour imposer une image beaucoup plus moderne (packaging, consommation en cocktails…) portent visiblement leurs fruits. A propos de fruits, signalons le bon comportement du nouveau Grand Marnier Pêche-Framboise qui complète une gamme qui vient de s’enrichir aussi du Titanium, et qui compte déjà les Cuvées Louis Alexandre, du Centenaire, le 1880, la Collection Grande Cuvée. Le «Quintessence» à 1000 dollars la bouteille restant le nec plus ultra de la maison.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
134,60 ME
Au 10 juillet, la consommation des crédits de l’enveloppe 2015/16 du programme français de l’OCM vitivinicole atteint 134,6 ME d’euros, dont : 64,6 M€ pour la restructuration et la reconversion du vignoble ; 43 M€ pour les investissements des entreprises ; 23,4 M€ pour la promotion sur les marchés des pays tiers et 3,6 M€ pour les prestations viniques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui