10 juillet 2014 à 08h00 | Par Marine Nauleau

Agneau du poitou : Sur une filière en crise, une demande en croissance

L’Association de Défense et de Promotion et du GIE Ovin ont révélé tout l’intérêt des partenariats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Louis Vollier a enchainé les deux assemblées générales.
Jean-Louis Vollier a enchainé les deux assemblées générales. - © VR

Avec 18% de progression des ventes d’agneau en 2013, Jean-Louis Vollier, directeur de l’ADPAP et du GIE Ovin en est persuadé «les opérations de communication sur les démarches de qualité Agneau du Poitou-Charentes, Label Rouge et Agneau du Bocage ont chaque fois des retombées notables sur la commercialisation». De St Brieuc à Bordeaux en passant par Melun, Angers ou St Herblain mais aussi dans l’est de la France ou au Luxembourg, en 2013, 122 animations en grandes surfaces ont été comptabilisées. La présence des éleveurs et les ateliers de dégustation s’avèrent essentiels. Une communication des démarches de qualité qui place d’ailleurs les marques régionales dans les premiers de la classe sur le podium français des fournisseurs des grandes surfaces. «Nous avons été plutôt surpris que les grandes surfaces nous suivent à ce point. C’est un gage de qualité de nos marques, qui donnent confiance et répondent à les demandes des consommateurs» confirme Jean-Louis Vollier qui y voient certainement un signe positif dans un contexte difficile de la filière ovine. Une crise de la production qui pourrait bien limiter la croissance continue des ventes. Autrement dit : difficile d’accroître les ventes si la production ne suit pas. Et c’est bien le hic et le message de l’Association de Défense et de Promotion de l’Agneau du Poitou. «Nous devons aujourd’hui redynamiser la production pour aller plus loin dans la commercialisation. La régularité de la production doit garantir les approvisionnements et donc les ventes» affirme Jean-Louis Vollier.

Lire la suite dans notre édition du 11 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui