L'Agriculteur Charentais 07 août 2014 à 08h00 | Par JCD

AGPM : Assouplir le verdissement avec le couvert hivernal

Elle propose une pratique équivalente à la diversité des assolements dans le cadre du verdissement des aides.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vie charentaise

«Semé et non pas mort, le couvert hivernal des sols offre une solution à moins de producteurs de maïs spécialisés», admet le directeur Luc Esprit, déçu que la Commission européenne ait rejeté l’idée du mulching. «250 000 ha seraient concernés. Le verdissement peut entraîner la perte de 50 000 ha de maïs, en particulier dans le Sud-Ouest et en Alsace. Il y en aura si la couverture hivernale est acceptée, mais pas autant.»

Certification individuelle des exploitations
En vue de diversifier les assolements, la nouvelle Pac impose trois cultures différentes, avec un maximum de 75 % pour la première. L’AGPM défend, parallèlement à l’alternative du couvert hivernal, la reconnaissance des systèmes portant sur trois cultures en deux ans, qui intercalent des céréales à paille ou du ray gras entre deux maïs.La proposition de couvert hivernal repose sur un semis au plus tard 15 jours après la récolte du maïs et détruit à compter du 1er février. Une dérogation est demandée pour les sols argileux, afin de permettre un labour à compter du 15 décembre.Pour contrôler le dispositif, une certification individuelle des exploitations serait mise en place, couvrant les trois mesures du verdissement (maintien des prairies permanentes, 5 % de surfaces d’intérêt écologique et couverture hivernale des sols). Une vérification documentaire aurait lieu chaque année. S’y ajouterait un contrôle à la ferme tous les trois ans.

Lire la suite dans notre édition du 8 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».