L'Agriculteur Charentais 13 juillet 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Agriculture connectée : Ils se partagent la météo

Question météo, mieux vaut prévenir que guérir ou subir. Alors quelques capteurs bien placés servent d’alerte et de conduite culturales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christophe Pacaud et Jérôme Le Roy... et au milieu le capteur Weenat.
Christophe Pacaud et Jérôme Le Roy... et au milieu le capteur Weenat. - © AC

Dit comme cela, le «principe» est simple : des capteurs connectés plantés en bordure de champs, des applis sur le smartphone, des outils d’aide à la décision. C’est de l’agronomie de précision.  L’intérêt réside surtout dans la transmission des données locales et en temps réel. Christophe Pacaud, l’un des utilisateurs et propagandistes de la formule météo proposée par la société Weenat, explique : «il pleut sur l’un de nos capteurs, dans une de nos parcelles à Marans, je sais ici immédiatement à Breuil La Réorte quelle attitude prendre.

Lire la suite dans notre édition papier du 14 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.