L'Agriculteur Charentais 30 octobre 2014 à 08h00 | Par Valérie Godement

Agroalimentaire : L’innovation est dans nos assiettes

Le Salon international de l’alimentation (Sial) vient de fêter son 50e anniversaire à Paris. L’occasion de faire le point sur les nouveaux produits et les tendances de consommation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Valérie Godement

De l’eau bleue à la spiruline, une julienne de vinaigre, du cidre doux aux herbes, du saucisson de volaille, des spaghettis d’algue, des pistaches enrobées de chocolat noir, des bols comestibles élaborés à base de farine et son de blé, voilà quelques uns des nouveaux produits alimentaires que le consommateur va bientôt pouvoir soumettre à ses papilles. Au cœur du salon, l’innovation a occupé plus que jamais une place prépondérante. Elle s’est déroulée comme un fil rouge dans les allées de ce gigantesque cahier de tendances pour nourrir et inspirer les visiteurs venus du monde entier. Les industriels rivalisent d’imagination et sont toujours plus nombreux à présenter des aliments correspondant aux attentes des consommateurs par leur goût, l’originalité des ingrédients, leur présentation, leur facilité d’utilisation, leur valeur nutritionnelle. Pour cette 50e édition du Sial, 78 % des exposants issus de 104 pays ont proposé des nouveautés et 1 757 produits ont été présentés au titre des produits innovants, soit + 70 % par rapport à 2012. Les membres du Grand Jury en ont retenu 675. Et au final, 15 Grands Prix ont été attribués.

Lire la suite dans notre édition du 31 octobre

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui