L'Agriculteur Charentais 29 mars 2018 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Ainsi la gestion sera équilibrée

Explications, tenants, aboutissants, ils s’y mettent tous pour défendre les projets en cours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Guillaume Choisy, Françoise de Roffignac, Frédéric Emard et Jean-Baptiste Milcamps.
Guillaume Choisy, Françoise de Roffignac, Frédéric Emard et Jean-Baptiste Milcamps. - © AC

L’enquête d’utilité publique vient juste de s’achever  : 450 avis, moitié pour, moitié contre. Pour l’instant. Le projet de construction de 21 réserves de substitution sur le bassin de la Boutonne (voir notre édition du 2 février) a suscité des cristallisations, des oppositions, mais autant de réaffirmations. Ce qu’on voulut la présidente du Syres 17, Françoise de Roffignac, Frédéric Emard, président du Symbo (syndicat mixte de la Boutonne) et Guillaume Choisy, directeur de l’agence Adour Garonne aux côtés de Jean-Baptiste Milcamps, DDTM, c’était une nouvelle fois redessiner précisément les contours, les objectifs recherchés.

Lire la suite dans notre édition papier du 30 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.