L'Agriculteur Charentais 07 mai 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Alexandre Grenot : Entre terres et terrain, un élu jeune

Le plus jeune des conseillers départe-mentaux est aussi agriculteur. Et inversement. Portrait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Où faut-il le trouver ? Costume cravate derrière son pupitre au conseil départemental ? Polo et jeans à bord de son tracteur en train de semer ? Les deux… Alexandre Grenot, benjamin de la toute nouvelle assemblée départementale, est, pour l’heure, discret dans l’hémicycle, membre de la 7ième commission affaires culturelles, jeunesse, sport et vie associative, un compagnonnage avec Stéphane Villain, président de CMTourisme, colistier de Sylvie Marcilly à Chatelaillon. «Je réfléchis beaucoup en tracteur à autre chose que d’agriculture» avoue-t-il, laissant l’équipement embarqué diriger tracteur et semoirs sur les vastes champs du côté des Gonds. «Lors de ma candidature aux Européennes, j’ai préparé mon discours dans ce tracteur en train de passer la herse…» Bien les pieds dans la terre pour le jeune militant, rodé aux débats politiques par son oncle Michel. Elu adjoint à la mairie, il s’est lancé dans la bataille des cantonales sur Thénac, nouvelle formule, n’hésitant pas à faire du porte à porte : «cela m’a beaucoup apporté. J’adore ça.»

Lire la suite du portrait dans notre édition du 8 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui