L'Agriculteur Charentais 03 mai 2018 à 11h00 | Par Laurence Guilemin

Allier passion du sol et viticulture

A Villexavier, Cédric Lanseau vient de créer son entreprise, «Géoviti Expertise». Il allie ainsi sa passion pour la géologie et la viticulture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Cédric Lanseau, «l’agriculteur est celui qui connait le mieux son sol».
Pour Cédric Lanseau, «l’agriculteur est celui qui connait le mieux son sol». - © AC

Concilier sa passion des sols et la viticulture ! Voilà la concrétisation de Cédric Lanseau. A 41 ans, il vient de créer son entreprise Géoviti Expertise. Basée à Villexavier, dans le cru «Bons bois», sa toute jeune entreprise propose des services en agriculture de précision pour la viticulture.  Pour lui, «en agriculture, le sol, le sous-sol, le relief, la topographie sont à prendre en compte. Il existe des variations, des hétérogénéités entre les parcelles et au sein des parcelles. L’agriculteur est celui  qui connait le mieux son sol. Avec les cartes de variabilité intra-parcellaires que je propose, le viticulteur peut intervenir précisément dans les zones sensibles en adaptant ses pratiques, y limiter les risques pour pérenniser son vignoble et obtenir une qualité homogène tant qualitative que quantitative».

Lire la suite dans notre édition papier du 4 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui