L'Agriculteur Charentais 16 mars 2017 à 08h00 | Par BB

Alternative : Les Régions veulent prendre la politique agricole en main

Les retards de paiements des aides issues du fonds Feader agacent les Régions, qui fustigent l’État.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © France 3

«Le dispositif national retenu» quant à la mise en oeuvre de la gestion par les régions des fonds Feader «ne sera jamais efficace»,a alerté Philippe Mangin, vice-président du conseil régional Grand-Est, le 1er mars. À l'occasion d'une conférence de presse organisée au Salon de l'agriculture, Régions de France a dénoncé les dysfonctionnements logistiques de l'État qui retardent, de plus d'un an à certains endroits, le versement des aides aux agriculteurs. «Le ministre de l'Agriculture n'a pas toujours été franc en laissant entendre que les retards étaient le fait des régions alors que c'est l'outil de gestion national (le logiciel informatique dédié, Osiris,) qui ne fonctionne pas», a regretté Philippe Richert. Alors que l'agriculture française traverse une crise sans précédent, le président de Régions de France déplore l'incapacité de l'Agence de Services et de Paiement (ASP) à verser en temps et en oeuvre les aides dues aux agriculteurs. «L'ASP a embauché 200 personnes, mais ça ne suffira pas !»,estime Philippe Mangin. «On ne peut pas tout gérer au même endroit, poursuit-il, car c'est nier toute la diversité de l'agriculture».

Lire la suite dans notre édition papier du 10 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.