L'Agriculteur Charentais 18 septembre 2014 à 08h00 | Par L Guilemin

Anticiper pour un meilleur dialogue avec le voisinage et les clients

Thierry Faure, arboriculteur à St Sigismond de Clermont a installé des bâches anti-pluie sur des pommiers. Une démarche «d'anticipation» vis-à-vis du consommateur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Faure, arboriculteur a une démarche d'anticipation et participe à des essais avec des bâches anti-pluie.
Thierry Faure, arboriculteur a une démarche d'anticipation et participe à des essais avec des bâches anti-pluie. - © L. Guilemin

A Saint Sigismond de Clermont, à proximité de Saint Genis de Saintonge, Thierry Faure est plutôt prolixe lorsqu'il parle des bâches anti-pluie qu'il a installé ce printemps sur une quarantaine d'ares de son verger de pommes qui en compte 15 ha (dont 0,5 de poires). «A l'occasion d'une formation, organisée en début d'année par Michel Girard, le technicien arboricole de la Chambre d'agriculture,  un intervenant de la société Filpack a présenté des essais, réalisés depuis 4-5 ans, avec des bâches anti-pluie pour lutter contre la tavelure, maladie principale du pommier, dûe à l'humidité. Tout en étant vigilant, j'ai apprécié sa franchise.» Lors de son intervention, il a expliqué que «le résultat n'est pas à remettre en cause car c'est efficace. Ses propos étaient aussi limpides.» L'arboriculteur, qui a repris l'exploitation familiale voilà une quinzaine d'année, est prévenu. L'arboriculteur, lui, vise le zéro résidu : "c'est un rêve !". La tavelure est une maladie qui nécessite l'emploi de beaucoup de fongicides. «Nous sommes régulièrement montrer du doigt. A nous d'agir en amont !» lance-t-il.

Lire la suite dans l'édition du 19 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui