L'Agriculteur Charentais 19 mars 2015 à 08h00 | Par Christian Giraudet

Apiculture : Mortalités hivernales accablantes

Les dégâts dans les ruchers atteignent entre 50 et 80 %. La cause ? Peut-être une lutte entre races d’abeilles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Syndicat Apicole

Il y a seulement 25 ans, les mortalités hivernales de colonies d’abeilles étaient de l’ordre du 5 %. Depuis 1990  elles s’établissent annuellement à 30% en moyenne.  A un tel niveau, les pertes de cheptels ne peuvent plus être compensées par les élevages que les apiculteurs mettent en œuvre pour tenter de reconstituer leur potentiel productif.  A l’issue de cet hiver 2014 – 2015 tous les records sont battus, les pourcentages de mortalités atteignent 50, 80%, voire 100% dans certains ruchers.Précisons toutefois que lorsque l’on parle de «mortalités» l’on peut s’attendre à trouver des cadavres, mais en l’occurrence il n’y en a pratiquement pas sur le fond des ruches. Des 10 à 15000 abeilles présentes fin août destinées à passer l’hiver, il n’en reste plus en ce printemps qu’une centaine, mortes, les autres ont disparu.Qu’a t-il bien pu survenir ?   Essayons peut-être d’abord d’éliminer ce qui n’a pas occasionné l’hécatombe.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui