L'Agriculteur Charentais 24 août 2017 à 08h00 | Par Christelle Picaud

APICULTURE : Séduire les consommateurs de Nouvelle Aquitaine

La coop apicole de Surgères collecte 100 t dans 5 départements. Les producteurs visent la Nouvelle-Aquitaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Francis You et Henri Richard respectivement membre du conseil d’administration délégué aux affaires commerciales et président de la coop Apicole de Charentes et du Poitou.
Francis You et Henri Richard respectivement membre du conseil d’administration délégué aux affaires commerciales et président de la coop Apicole de Charentes et du Poitou. - © agri79

La coopérative compte trois cents adhérents (deux cents apporteurs) dont l’engagement, plus ou moins marqué, a vocation à assurer la dynamique du groupe et par incidence la bonne santé économique de chacun. La valorisation du miel Charentes Poitou, marque déposée à l’Inpi au cours des années 80 est, à l’instar de la bonne santé du couvain dans la ruche, l’objet de toutes leurs attentions. Sur le site de Surgères, chaque année, 100 tonnes de miel collectées sont traitées. Cette production venue des Deux-Sèvres, de la Vienne, de la Charente, de la Charente-Maritime ou encore de Vendée est pour moitié travaillée et conditionnée selon les process de fabrication qui sont propres à la marque territoriale. «L’autre moitié est commercialisée en gros à des négociants», précisent Henri Richard et Francis You respectivement président et membre du conseil d’administration délégué aux affaires commerciales. Cette part, le groupe aimerait la voir se réduire au profit des produits transformés sur place.

Lire la suite dans notre édition papier du 25 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui