L'Agriculteur Charentais 01 octobre 2015 à 08h00 | Par Régis Mouneau

Appareils de levage : Des règles de sécurité et de vérifications sont obligatoires

Le chariot élévateur et le chariot télescopique sont présents dans tous les secteurs de production. La sécurité ne doit pas être négligée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FNSEA Poitou-Charentes

L’utilité des appareils de levage et de manutentionest bien connue des exploitants (manipulation de bottes, fumier, semences,...). Mais quelle sont les différences entre les deux machines, et quelles sont les règles de sécurité et de vérifications obligatoires ?Les chariots élévateurs sont conçus pour travailler sur tous types de terrain, ils sont équipés de pneumatiques adaptées et peuvent être en 2 ou 4 roues motrices. Ils ont une possibilité de traction et sont assez facile à manœuvrer. L’inconvénient est que, le chargement est obligatoirement frontal et la charge peut masquer la visibilité vers l’avant.

Conduite : obligations et précautions

Les chariots télescopiques sont munis d’une flèche relevable. La flèche peut être composée de plusieurs éléments télescopiques


Lire la suite dans l'édition du 02 octobre 2015.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).