L'Agriculteur Charentais 19 avril 2013 à 15h27 | Par Bernard Aumailley

Architecture - Les maisons de l'Art nouveau

Durant le mois d'avril, les architectes et leurs constructions sont mis en avant en Charente Maritime.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
église de Royan
église de Royan - © AC

Qu’à Burie s’ouvre uneagence d’architecte,qu’à Chaillevette ledomaine de Chatressacse rénove, que l’on placel’île de Ré sur le divan des psychanalysesurbaine pour «ydétecter les névroses urbaines etproposer des solutions thérapeutiquesadéquates», que l’onrecherche un quartier disparuentre les tours de La Rochelle,que l’on porte au pinacle feuOscar Niezmeyer, l’inventeurde Brasilia, avril est un moisbâtisseur, le moment des bâtisseurs.Il y a à voir, à écouter, àdécouvrir dans la manière dontles architectes de tous les sièclesconcevaient nos maisons,nos rues, nos édifices publics.Il en est ainsi du tout nouveauthéâtre rénové de la Couped’Or, dont les travaux débutésen 2007 viennent de se terminer.Xavier Rivaud, des Compagnonsde Saint jacques, artisanrestaurateur, se fait guidele temps d’une soirée. On peutaussi débattre à Royan de commentles architectes japonaisconçoivent la ville après le tsunami.Mais ce qui il y a de biendans ce mois de l’architecture,c’est cette possibilité de comprendreles choix «artistiques»de Royan. Au-delà du béton,matériau de la reconstruction,donnant libre cours aux lignesépurées, élancées, mais froides.Les visites instantanées desbâtiments de Royan en étaientl’exemple : «des visites labelliséespatrimoine du XXe siècle.»Le label «Patrimoine du XXesiècle» a été créé par le ministèrede la Culture et pour identifieret signaler aux yeux dupublic les édifices et les ensemblesurbains qui sont autant detémoins matériels de l’évolutiontechnique, sociale et culturellede notre société. Royana la chance de posséder plusieursexemples labellisés.Ainsi des réalisations des architectesbaraton, Bauchain,Hébrard et leur temple protestant,ou de Louis Simon etsa galerie. Ces «lectures de ville»passent aussi par les maquettesqu’aujourd’hui on réalise surordinateur en 3 D. Il y a mêmedes visites pour les enfants.LE BRUTALISME,LE RETOUREt puis, il y a cette drôle d’invitation.Comme c’est officiel,ce mois, on ne peut que croireà de bonnes intentions. Le«comité de vigilance brutaliste» débarque à Royan. «Lebrutalisme est une éthique desituation, fondée sur la prééminencedu langage et les exigencesdu panache.» Soit.Mais encore… «Au sortir dela guerre, optimistes, nosgrands-parents avaient bâti à lagloire du progrès des citésabsurdes en béton pré-fissuré.Tandis que leur utopie entamaitun interminable effondrement,le post-modernisme nauséabondde la génération suivantea trouvé très spirituel de parlerd’architecture brutaliste. Leterme entendait signifier tout ceque la laideur et l’audace desvilles nouvelles leur inspiraientde respect obligatoire et de distancecalculée. Il fallait bien sedémarquer de la naïveté desmodernes si l’on voulait espérerles dépasser.» Alors-là, pourRoyan, on est mal. «Quant ànous, plutôt que de discourirsans fin sur le monde tel qu’ildevrait être, nous préféronsnous consacrer aux représaillesqu’il convient d’exercer à l’encontredu monde tel qu’il est.Notre objectif n’est pas la vérité ;il suffit à notre bonheur dedémolir ce qui est manifestementfaux.» Démolir, pourRoyan, le terme n’est pas judicieux.«Nous sommes sévères,intransigeants et querelleurs.Nous sommes des brutalistes»Voilà pour le crédo. A partir decartes postales, «ils ressaisirontun lieu.» Ouf, on a eu chaud.«On piégera les errements passésqui ont mené à la disparitionde certains chefs-d’oeuvrede la ville. Il s’agit donc de traverserles images toujours parfaitespour en sauver la part duréel et poursuivre aujourd’huila défense de ce patrimoinevivant et joyeux.» Et pour ceuxqui seraient déroutés, préféreralors la visite de la villa Musso,pure architecture du bord demer, à Saint Georges deDidonne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui