06 mars 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Assemblée générale - Sauvegarder le foncier agricole contre l’avancée de l’urbanisation

Les Jeunes Agriculteurs planchaient sur le grignotage excessif des terres agricoles, obérant les capacités d’installation ou d’expansion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

«Lorsque les jeunes agriculteurs ne parlent pas d’installation, ils parlent foncier…» Bien vite résumé, mais la focale choisit par l’assemblée générale avait aussi rétréci le champ de discussion : la compétition entre le foncier agricole et l’urbanisation ou la construction. Fort de l’expérience de médiatisation de l’action en Haute Saintonge, les Jeunes Agriculteurs de Charente-Maritime voulaient guider le projecteur sur cet aspect des freins à l’installation. L’équivalent d’un département français en terres agricoles disparaît tous les ans. Pas moins de sept invités à la table ronde. Entre Chambre d’agriculture, Safer, intercommunalité, cabinet d’urbanisme et responsable national, Thomas Diemer, il y avait de quoi débattre. Cette table ronde s’est avant tout attachée à décrire les «outils» déjà en place, entre charte agriculture-urbanisme et territoires, dont la signature date de décembre 2012 dans le département, et les SCOT, PLU et cartes communales, il fallait l’expertise de Florence Guiberteau, chef de service à la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime pour en donner non seulement la «mécanique», la «finalité» mais aussi les limites. La Charte, bréviaire, de toutes les réunions, y compris de la commission sur la consommation des espaces agricoles est aujourd’hui la pierre angulaire. Si Alexandre Agat (JA17) n’est pas tendre sur le fonctionnement, il y trouve quand même motif «à défendre l’agriculture et l’installation des jeunes.»

Lire la suite dans notre éditions du 7 mars

Alban Mercier relit son «parcours» au JA, similaire à tant d’autres, comme initiatique, «dans la convivialité et la camaraderie» : «une implication pyramidale» «permettant une approche par filière et aussi globale.» Mais le monde change : «l’administration n’est plus là pour aider le monde agricole, mais crée des freins, des réglementations accumulées. Je croyais qu’on devait travailler ensemble pour une agriculture durable. Utopiste que je suis.» Le président de JA 17 croit en la capacité de mobilisation des jeunes agriculteurs pour «défendre leur métier» : «nous ne sommes jamais égalés dans la force de nos propositions.» JA est la «meilleure école.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui