L'Agriculteur Charentais 12 mai 2016 à 08h00 | Par Carole Mistral

Assurance : Groupama Centre Atlantique conforte ses bons résultats

Le groupe peut désormais accroître sa surface financière et lancer des certificats mutualistes au 1er juin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Bruno Goichon, secrétaire général, Jean Pillot, président départemental, Michel Baylet, président et Pierre Cordier, directeur de Groupama Centre Atlantique.
De gauche à droite : Bruno Goichon, secrétaire général, Jean Pillot, président départemental, Michel Baylet, président et Pierre Cordier, directeur de Groupama Centre Atlantique. - © Agri79

Les sourires étaient de mise lors de la conférence de presse de Groupama visant à faire un bilan de l’année 2015. Et pour cause : la mutuelle enregistre son deuxième meilleur résultat comptable depuis vingt ans avec près de 16 millions d’euros de bénéfices. «Dès 2013, nous nous sommes mis en capacité de résister et de mieux dimensionner la structure économique de l’entreprise», expose Pierre Cordier, directeur de Groupama Centre Atlantique. Les bénéfices réalisés ont permis d’alimenter les fonds propres de la société à hauteur de 60 millions d’euros, ce qui fait dire à Bruno Goichon, secrétaire général, que la caisse est «insubmersible et en capacité de faire face à tout type d’événement climatique potentiel».

Lire la suite dans notre édition papier du 6 Mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui