L'Agriculteur Charentais 18 décembre 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Atlantique bio : Un réseau «gagnant»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

L’association saintaise est toute jeune. Voilà à peine quelques semaines qu’est née Atlantique Bio, regroupant six membres fondateurs, cinq agriculteurs et une association d’insertion, St Fiacre. Lundi 8 décembre, au  lycée Le Petit Chadignac, à Saintes, a eu lieu la présentation de cette nouvelle structure devant une trentaine de personnes, dont des élus, comme la député Catherine Quéré. «Le but est de promouvoir la production locale certifiée bio auprès des institutions, des professionnels, des consommateurs, permettre à des non-initiés d’approcher par la pratique les domaines de l’agriculture bio, de mutualiser les moyens humains, techniques, logistiques, formatifs et intellectuels entre ses membres» avance Laurence Henry, la présidente, également maraîchère à St Sauvant, et qui approvisionne les écoles primaires de Saintes. «Nous sommes une association de producteurs, sur une échelle locale.» précise-t-elle. Ici, la volonté est de travailler en réseau afin de proposer une offre structurée.
Lire la suite dans notre édition du 19 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui