L'Agriculteur Charentais 23 avril 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Atouts : Entreprendre en agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Que pensent les «jeunes» de l'installation et du monde agricole ? La question avait déjà été posée par notre journal en 1996 et 1999. Nous avons à l'occasion de ce numéro d'Atouts renouvelé l'expérience : interroger les classes terminales des lycées sur ce «désir d'entreprendre en agriculture.» Le lycée Georges Desclaude et la MFR de Saint Germain de Marencennes se sont prêtés au jeu des 20 questions que nous leur soumettions. Nous avons donc 126 questionnaires retournés. Ce n'est certes pas «l'échantillon représentatif» comme le considèrent les instituts de sondage patentés. Nous le savons bien et nous n'avons pas cette prétention. Mais ces 2520 réponses ont quand même valeur d'opinions. Et nous les avons extraites, analysées, comptabilisées, séquencées histoire de donner matière à la réflexion sur comment 126 jeunes voient l'avenir de l'agriculture, via des questions générales, mais aussi selon «leur projet personnel.»Pour bien situer les choses, 126 «répondeurs», 59,5 % de jeunes hommes et 40,5 % de jeunes filles des classes de BTS, de technicien agricole, de première CGEA, de terminale S, STAV. Sur ce lot, 34 ont réellement des projets d'installation : 28 garçons, 6 filles et 10 d'entre eux sont en formation pour cela. Parmi eux- 23 sont fils ou filles d'agriculteurs. La «sur-représentation» d'une classe de terminale S induit les réponses à ce questionnaire. D'autres réponses des lycées de Jonzac, Bois ou Chadignac auraient sûrement influé sur les réponses. Néanmoins, ces réponses, en dehors du projet d'installation, permettent de mieux cibler «la perception» qu'ils ont du milieu agricole. Cela vaut autant pour les terminales que pour les BTS.

Lire le dossier ATOUTS : ce qu'ils pensent du devenir de l'agriculture ? Comment envisagent-ils de s'installer ? Deux portraits d'exploitations entreprenantes, le plan compétitivité, l'avis de la banque


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui