L'Agriculteur Charentais 24 septembre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

ATOUTS Entreprendre en élevage

L'innovation est le moteur de la stratégie des élevages. Mais n'est-elle pas en période de crise trop timorée ? Où se situent les avancées : dans la génomique, l'élevage de précision ou les choix de races ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
12 pages Atouts Septembre 2015
12 pages Atouts Septembre 2015 - © agriculteur charentais

Dans un dossier complet de 12 pages, le semestriel ATOUTS focalise sur Entreprendre en élevage. Pour se faire, il a interrogé l'économiste Jean-Marie Séronie. Ce dernier estime qu'il y a un manque "cruel" d'innovation et de vision commune. Selon lui, "une période d’entre deux, c’est beaucoup plus qu’une simple crise économique ! Il y a eu une grande révolution agricole dans les années soixante et finalement, on est toujours dans la continuité de cette révolution. On est toujours dans la même conception de l’exploitation familiale. Et c’est cela qui coince ! Il y a un manque cruel d’innovation. Pourquoi rien n’émerge ? C’est une réelle question. Pour cela, il faut une vraie vision portée par des leadersqui se mettent d’accord. Aujourd’hui, le syndicalisme a du mal à définir une vision commune, il y a longtemps que les chambres d’agriculture sont en panne de propositions. C’est pourquoi la profession focalise tout par rapport à l’Etat, qui finalement devrait «secouer le cocotier» pour leur dire de prendre leur destin en main. En même temps,en ces périodes de doute, il y a sans doute un créneau pour «réveiller la diva» qu’est l’agriculture française. Nous voulons demain pour la France. Cela fait un moment que l’on devrait organiser une véritable réflexion stratégique associant largement l’ensemble des différentesparties prenantes, de vrais états généraux pour conclure un pacte agricole sur les dix ans à venir en quelque sorte. Cela éviterait entre autres une surenchère."


A lire aussi :

- L'Ipsos a aussi "sondé" les agriculteurs sur leur désir d'innovation et la percepetion qu'a le grand public et al société de ces innovations.

- Les objectifs de sélection, qui passent par les index, sont-ils pertinents ? L'élargissement des cohortes, renseignées par des marqueurs génétiques, apporte une vraie révolution dans la sélection et les attentes des éleveurs.

- Un Cow Boy qui aime les peaux rouges : il éleve des Pie rouge des Plaines et en est très fier puisqu'il les montrera au salon de l'élevage de Surgères.

- Pâture et robot, un nouveau tandem qui marche. Retour d'expériences

- Des capteurs, des smartphones, des tablettes, des logiciels et des caméras, c'est l'élevage de demain, pour les toutes prochaines années. Et en plus cela améliore la qualité de vie des éleveurs.


Lire le dossier complet dans notre édition papier du 25 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui