L'Agriculteur Charentais 09 février 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Au pays des orchidées

Jean-Claude Querré est intarissable sur les orchidées terrestres. Pour lui, elles sont les témoins de la biodiversité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Claude Querré montrant une Anacamptis Pyramidalis
Jean-Claude Querré montrant une Anacamptis Pyramidalis - © AC

A  Annepont, Jean-Claude Querré est plus qu’un passionné des orchidées terrestres sauvages. Il ne se considère pas comme un écologiste, mais comme «un amoureux de la nature.» L’orchidée est l’une des plus vieille plante sur terre et sa vie est liée à l’impact que l’homme porte au milieu naturel. Il en existe deux sortes : l’exotique (que l’on trouve en jardinerie) et la terrestre. Avec une certaine satisfaction, Jean-Claude Querré explique qu’à St Loup, une nouvelle espèce d’orchidée a vu le jour. «On la trouve du Sud de la France jusqu’à l’Ile de Noirmoutier. Elle a dans son gène 5 à 6 plantes différentes.» Son arrivée ici s’explique certainement par le réchauffement climatique. Un travail en étroite collaboration avec le CNRS de Rennes a été mené. «Il va falloir maintenant lui trouver un nom» précise-t-il avec enthousiasme. Autre exemple avec l’Ophrys Tenthredinifera qui arrive d’Espagne et que l’on retrouve depuis deux-trois ans sur l’Ile d’Oléron et depuis l’année dernière, sur le site de Sèchebec, à St Savinien.

Lire la suite dans notre édition papier du 3 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui