L'Agriculteur Charentais 28 août 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Autoroute : Le chemin sera long

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Décidément, la «future» autoroute A 831 fait couler beaucoup d’encre depuis que la ministre de l’Ecologie avait marqué publiquement son opposition à une voie trop coûteuse et anti-environnementale. Pour être presque aussitôt désavouée par le Premier ministre. Même si elle s’en défend et s’étonne que des solutions alternatives n’aient pas été étudiées. C’est son successeur à la tête de la Région qui en remet une couche en demandant que soit accéléré le contournement de Marans. Il a adressé à Dominique Bussereau un courrier pour l’inciter dans ce sens. Les dizaines de véhicules jour qui traversent la commune au Nord du département ne sont plus supportables. Aujourd’hui, autant qu’hier et encore moins hier. Manuel Valls a demandé a ce que l’on chiffre ce contournement. Selon Jean-François Macaire, la Région, écrit-il «serait prête à participer à une telle opération par anticipation sur le transfert des compétences.» Il est vrai que le président de la Région va vite en besogne, car il s’agit de voirie départementale, donc le transfert est prévu lors de la disparition des Conseils généraux… le contournement est chiffré par le maire actuel à 40 M € aujourd’hui. On envisage un partenariat public-privé pour limiter le coût. Dominique Bussereau, l’ex-ministre des Transports, rétorque, aussi par une lettre à Jean François Macaire, qu’il ne se laissera pas «imposer des choix» 

Lire la suite dans notre édition du 29 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
60 %
Au 1er mai, 60 % des nappes phréatiques affichent un niveau modérément haut à très haut, 21 % modérément bas à très bas, 19 % dans la moyenne, indique le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), soulignant une «recharge efficace» grâce aux pluies de début 2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui