L'Agriculteur Charentais 07 mai 2015 à 08h00 | Par Myriam Tricoci

Azadeh Dauvergne :«Nous recherchons des projets à aider»

Responsable de la fondation VMF

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réussir

Que fait la fondation VMF ?
Elle a été créée en 2009 sous l’égide de la Fondation du patrimoine, dans le prolongement de l’association VMF, qui existe, elle, depuis plus de 50 ans. Son but est d’aider les propriétaires du patrimoine en péril - des bâtiments agricoles aux bâtiments religieux - à réaliser les travaux d’urgence pour stopper leur dégradation. A côté de cela, elle aide aussi à la transmission de savoir-faire et aide à la réalisation d’inventaires du patrimoine d’influence française à l’étranger. En 5 ans, 2 millions d’euros ont ainsi été redistribués. L’association peut offrir (sous réserve d’y adhérer), des contacts, des conseils et un suivi des travaux.

Et l’opération «fous de patrimoine» ?
Nous avons lancé cette opération en 2013… Il s’agit de «crowdfunding» (financement participatif sur Internet). Pendant deux mois, nous organisons une communication dense autour du patrimoine en péril pour collecter des fonds par des canaux moins traditionnels que les dons habituels à la fondation. C’est la troisième édition cette année. Le crowfunding permet à tous de participer même avec des mises très modestes. Nous avons d’ailleurs par ce biais des profils de donateurs très différents. Ils donnent entre 5 et 10 euros, mais sont vraiment impliqués émotionnellement dans les projets qu’ils aident. Ce sont souvent des personnes qui habitent à proximité du patrimoine à sauver ou des vacanciers qui en gardent un bon souvenir. En 2013 et 2014, 215 000 euros ont ainsi été récoltés et ont servi à sept projets.

Avez-vous des projets à présenter aux donateurs ?
Oui, mais nous en cherchons encore. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 25 mai. Si vos lecteurs ont un bâtiment en péril, la fondation VMF peut peut-être les aider. Du pigeonnier au château en passant par les chapelles, toutes les constructions sont intéressantes. Ce n’est ni l’époque, ni le style qui seront déterminants, mais un ensemble de facteurs : urgence des travaux à réaliser (toiture, charpente, maçonnerie…), intérêt architectural ou typologique, implication des propriétaires. En effet, les travaux seront suivis en temps réel sur la plate-forme de crowdfunding partenaire, Ulule, et les propriétaires doivent être prêts à accueillir du public. Les projets peuvent être portés par des particuliers, des mairies ou des associations. Les projets seront choisis cet été par les internautes et la collecte des fonds sera réalisée à l’automne. Les dossiers de candidatures sont téléchargeables sur www.fondationvmf.org/fous-de-patrimoine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Le chiffre de la semaine
1 Mhl
C’est le chiffre des ventes des vins de France. A 9 mois de la campagne 2017/18, toutes couleurs confondues, les volumes de ventes cumulées sont supérieurs à ceux de la campagne antérieure, en Vin De France (SIG) (+ 26 %) et en vins IGP (+ 5 %). Toutefois, les données issues des contrats d’achat continuent de faire apparaître un certain ralentissement des transactions à mettre en relation avec la faiblesse des disponibilités globales.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui