L'Agriculteur Charentais 30 mars 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Bâtiment : Rester sur le plancher des vaches

Le sol dans les bâtiments d’élevage est aussi important que les murs ou le toit. Notamment pour l’hygiène et la santé des animaux

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Maintenir un sol propre en augmentant sa durabilité dans sa conception première.
Maintenir un sol propre en augmentant sa durabilité dans sa conception première. - © Véronique Rychembusch

On a souvent pensé toitures, charpente, ambiance dans les bâtiments d’élevage. Mais il est un élément aussi important : le sol. François Gervais à l’Institut de l’élevage regarde plus le parterre que les cimaises. «Les sols des aires de circulation doivent répondre à divers enjeux tels qu’offrir un support adapté au système locomoteur des animaux» débute-t-il : «il les faut robustes, résistants, durables et faciles d’entretien.» Son collègue du même institut, Jean-Luc Menard estime que «l’augmentation de la taille des troupeaux, la réduction du temps de pâturage et le développement des bâtiments avec logettes sont une préoccupation grandissante des éleveurs non seulement sur leur conception et leur coût, mais aussi sur les conséquences sur la santé et le comportement des vaches.» Durant l’hiver 2015, ce dernier a mené l’enquête. Les conditions d’élevage, l’élaboration du bâtiment, sa gestion, sa propreté, les locomotions, la forme des onglons ont été passés au crible.

Lire la suite dans notre édition papier du 24 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.