L'Agriculteur Charentais 08 octobre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Bâtiments, quels coûts en investissement et en fonctionnement

Une étude complète donne les "meilleures" solutions avant de choisir quel type de bâtiment réaliser, mais aussi les coûts dans le fonctionnement quotidien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Michel Portier

Faire le choix du bâtiment le plus adapté pour loger ses vaches laitières dans le cas particulier de sa propre exploitation n’est pas chose aisée. Outre la capacité à investir (le nerf de la guerre) de nombreux aspects techniques sont à prendre en compte. Mais dans un contexte économique de plus en plus tendu, le coût devient plus que jamais un critère incontournable.
Pour répondre à une attente forte des éleveurs sur ce sujet multifactoriel, une étude complète a été menée sur les coûts totaux annuels des bâtiments pour vaches laitières intégrant de très nombreux aspects liants investissement et fonctionnement. Un groupe inter-régional associant les experts des bâtiments bovins des Chambres d’agriculture, des GIE élevage et de l’Institut de l’Élevage s’est constitué pour l’occasion. Couvrant les Pays de la Loire, Bretagne et la Basse Normandie, le groupe y travaille depuis 2 ans.
Après un travail d’enquêtes réalisé auprès de plus de cent exploitations réparties sur les 3 régions, 17 bâtiments, représentatifs dans leur organisation et fonctionnement, ont été modélisés et chiffrés.
La notion d’investissement a été élargie associant aux coûts du logement et des ouvrages de stockage ou de traitement des déjections, le coût du stockage de la paille et celui des équipements (racleur, malaxeur pour les effluents liquides). Celle du fonctionnement a été ajoutée. Elle concerne toutes les tâches liées à la gestion de la litière et des déjections, depuis le paillage jusqu’à l’épandage, traduits en temps et donc en coûts de main d’œuvre et en coûts de mécanisation (avec l’appui des Cuma de l’Ouest). Le coût de litière, impactant fortement les coûts de fonctionnement a lui aussi été intégré.
L’histogramme permettant de comparer le coût annuel des 17 bâtiments, option raclage par racleur, prix de la paille achetée à 70€/t, est présenté sur notre site internet (www;agriculteur-charentais.fr). Cependant pour bien comprendre les chiffres et les relativiser, une lecture attentive du document de synthèse précisant protocole et hypothèses de chiffrage sera nécessaire.

 

lire la suite dans le dossier du journal papier du 9 octobre.

Et prenez conaissance des tableaux et des graphiques joints pour une meilleure lecture de la version papier.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
183 000 hl
D’après les donnees des contrats d’achat a  finoctobre 2016, les transactions en vrac de vins deFrance SIG et de vins IGP reculent par rapporta  la campagne 2015- 2016 pour les vins rougeset blancs et progressent en roses (apre s unecampagne particulie rement faible). Toutes couleurs confondues, les volumes de ventes sontlege rement inferieurs a  la campagne precedenteen vins AOC avec une stabilite des ventes enrouges et une baisse en blancs et roses.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui