L'Agriculteur Charentais 06 juillet 2017 à 08h00 | Par Sylvain Desgroppes

Bio : L'avenir est devant

La première assemblée générale d'Interbio Nouvelle-Aquitaine a fait le point sur le programme de développement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président d'Interbio Nouvelle-Aquitaine Philippe Lassalle Saint-Jean peut être satisfait du développement de la filière.
Le président d'Interbio Nouvelle-Aquitaine Philippe Lassalle Saint-Jean peut être satisfait du développement de la filière. - © Sylvain Desgroppes

Pour sa première assemblée générale sous la bannière de la grande région, Interbio Nouvelle-Aquitaine a présenté ses envies et perspectives de développement pour les années à venir. Les mots-clés sont nombreux pour cette filière qui doit composer entre économie, social, environnement.
Et le président Philippe Lassalle Saint-Jean de résumer l'ensemble de ces aspects en une phrase résonnant comme une véritable feuille de route : «Il faut continuer à développer des filières bio régionales porteuses de valeurs sociales et environnementales et trouver le bon équilibre économique entre agriculture, production alimentaire, territoires et consommation ».

Lire la suite dans notre édition papier du 7 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.