L'Agriculteur Charentais 21 décembre 2017 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

BIOCONTRÔLE : Le monde agricole est à l’affût du biocontrôle

La réduction des pesticides de synthèse stimule l’industrie du biocontrôle. Les agriculteurs s’interrogent face à ces «nouvelles» méthode .Un colloque régional a eu lieu le 13 décembre à Montagne (33).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Thibaut Malausa, chercheur ; Dominique Graciet (Chambre régionale) ; Hubert de Rochambeau et Paul Vialle (Inra de Gironde et Vienne).
De gauche à droite : Thibaut Malausa, chercheur ; Dominique Graciet (Chambre régionale) ; Hubert de Rochambeau et Paul Vialle (Inra de Gironde et Vienne). - © VC

Initiées par la Chambre régionale d’agriculture du Poitou-Charentes et le centre Inra de la Vienne, les rencontres de la recherche du développement et de la formation ont essaimé en Nouvelle-Aquitaine, décrochant au passage un partenaire supplémentaire avec l’Acta (Association de coordination technique agricole). Au lycée viticole de Montagne, le 13 décembre, elles ont été victimes de leur succès. «Nous avons dû refuser des inscriptions pour ce colloque portant sur le biocontrôle, ce qui va certainement nous amener à décliner ce type d’événements dans différents endroits de Nouvelle-Aquitaine pour sensibiliser un public plus large, des chercheurs aux techniciens en passant par les étudiants» annonce Dominique Graciet, le président de la Chambre régionale d’agriculture.

Lire la suite dans notre édition du 22 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.