L'Agriculteur Charentais 06 février 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Blé Agri Éthique - Le blé Agri Éthique de la Cavac séduit les acteurs de la filière

Prix stable pour trois ans, proximité, qualité : voilà ce qui a plu à Etienne Rousseau dans cette démarche.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Etienne et Murielle Rousseau les boulangers, Jean Pierre Perrocheau, l’agriculteur, Jean-Christophe Paturel, le minotier et Ludovic Brindejonc, directeur d’Agri Ethique.
Etienne et Murielle Rousseau les boulangers, Jean Pierre Perrocheau, l’agriculteur, Jean-Christophe Paturel, le minotier et Ludovic Brindejonc, directeur d’Agri Ethique. - © AC

A Bourcefranc, «Le fournil d’Etienne» peut se targuer d’être la première boulangerie du département  a être inscrite dans la démarche Blé Agri-Ethique France, mise en place par la coopérative vendéenne, la Cavac. Ici, pas de label, pas de certification, mais plutôt un engagement humain et moral. «Il s’agit d’une nouvelle filière céréales lancée depuis juin 2013. Cette démarche est un réel projet d’innovation dans lequel chaque acteur de la filière (agriculteurs, coopératives, meuniers, industriels et artisans boulangers) s’engage sur un volume, un prix et une durée contractuelle de trois ans, tout en respectant des pratiques «vertueuses» pour l’environnement,» avance Ludovic Brindejonc, directeur d’Agri Éthique tout en citant quelques actions innovantes permettant un gain environnemental sur l’eau, l’air et/ou le sol. Une initiative qui contre aussi le monde de la spéculation. Sur le prix de ses contrats, Ludovic Brindejonc reste flou. Il parle de coût de production auquel il faut ajouter une marge pour l’agriculteur, la coopérative, la minoterie... il n’en dira pas plus. La volonté est aussi de maintenir les emplois et le tissu rural local sur le territoire.

Lire la suite dans notre édition du 7 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui