L'Agriculteur Charentais 23 février 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Blé dur : La régularité doit s’inviter dans la relance de la production

Marchés et débouchés : avec presque 14 % en moins, la filière tente de séduire producteurs, mais aussi transformateurs et metteurs en marchés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Arvalis Institut du végétal

«Le marché est petit» annonce, sans que cela soit un scoop, Andrée Defois de Stratégie grains-Tallage : 8 Mt au niveau mondial. «Certes la récolte mondiale est en hausse» débute-t-elle «mais les stocks le sont considérablement.» En chiffres cela donne 11,3 Mt de stocks au niveau mondial au départ de la campagne 2016-2017 avec une production estimée à 37,3 Mt pour une prévision de 14 Mt de stocks in fine. L’objectif de produire dans quelques années 3 à 3,5 Mt en France, posé par la filière passe par la relance. Andrée Defois a un maître-mot : concurrentiel. Concurrentiel au niveau européen où la Grèce, l’Italie et le centre de l’Europe rivalisent dans une balance commerciale où les importants pourraient baisser d’un tiers. L’Europe ce sont 2,92 Mha, un rendement autour de 3,29 t/ha et donc une production de 9,61 Mt. Alors pour reprendre les propos de Rémy Haquin président de FranceAgrimer, lors de la journée blé dur aux Sables d’Olonne : «il faut casser le cercle vicieux de la décroissance.» 360 000 ha (dans la moyenne 2012-2016) sont consacrés aux blés durs. «Il faut produire dans toutes les régions» lançait-il en adaptant collecte et stockage, sans oublier la transformation. Outil qui ferait défaut lorsque les exportations sont moindres.

Lire le dossier complet réalisé après la journée blé dur en Vendée : les marchés, les perspectives génétiques, le pilotage de l'Azote et l'irrigation

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.