L'Agriculteur Charentais 18 février 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Blocage de Saintes : Nouvelle ville paralysée, pour un nouveau coup de colère

Nouvelle action des agriculteurs des JA et de la FNSEA à Saintes. Deux jours sur les ronds-points et une visite «forcée» des parlementaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur le rond-point de Dichonche, des caddies du Lidl ont été "soigneusement" installés.
Sur le rond-point de Dichonche, des caddies du Lidl ont été "soigneusement" installés. - © AC

Pour certains, la reprise d’un blocage, fut-il à Saintes, montrait la détermination des agriculteurs à vouloir faire bouger les choses. Dès lundi matin, de bonne heure, même scénario, moins impromptu qu’à La Rochelle, aux ronds-points saintais. 120 tracteurs, 300 manifestants sur place en dépit du mauvais temps annoncé et réel. Cinq points de barrages mis en place à partir de 4 heures du matin : rond-point route de Rochefort, rond-point  de la route de Royan, rond-point de la route de Bordeaux, rond-point route de Cognac, rond-point route de St Jean d'Angély. Le blocage était donc «total» de la ville. Tracteurs en travers, bottes de paille, quelques pneus et le renfort des caddies des supermarchés «soigneusement rangés.»

Lire la suite dans notre édition papier du 12 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.