L'Agriculteur Charentais 04 février 2016 à 08h00 | Par B. Aumailley

Blocus de La Rochelle : Les agriculteurs montent à la ville et la bloquent

Au petit matin, ils installent barrages et tracteurs. Pour faire avancer la prise en compte des difficultés agricoles actuelles. Résultat une ville entièrement bloquée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Discussion tendue lors de la venue du préfet.
Discussion tendue lors de la venue du préfet. - © AC

Pourquoi faut-il en arriver à bloquer les entrées routières de La Rochelle ? Pourquoi les Rochelais ont-ils découvert les vertus des itinéraires bis hors de la rocade ? Pourquoi faut-il noircir le ciel de la préfecture charentaise-maritime, en brûlant des pneus et de la paille, une journée durant ? Pourquoi en dépit des signaux lancés depuis des mois, rien n’est perçu comme alarmant, inquiétant ? Pourquoi même quand les enveloppes ne suffisent pas à colmater les brèches d’une agriculture dévastée par les crises continue-t-on à ressasser les «efforts» du gouvernement ? Pourquoi lorsque l’on instaure un moratoire, le rouleau compresseur des normes continue sa progression ?  Pourquoi le préfet, venu sur place à la mi-journée, ne peut que promettre une «réunion» et de faire remonter les doléances des agriculteurs ? Pourquoi…

Lire la suite dans notre édition papier du 29 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).