L'Agriculteur Charentais 03 septembre 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Boulot : Pourvoir les emplois… non pourvus

Difficile de trouver du personnel et même des candidats. Raison de plus pour changer l’image.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Trouver des salariés, proposer des emplois....
Trouver des salariés, proposer des emplois.... - © © Réussir SA / jc gutner

Qui n’a pas entendu que les employeurs de main-d’œuvre en agriculture avait du mal à recruter, à trouver le personnel adéquat et opérationnel ? Qui n’a pas retenu les griefs souvent faits aux métiers agricoles : trop pénibles, trop exposés, très techniques. C’est pour concilier ces deux aspects et les contrecarrer que l’AREFA* Poitou Charentes a décidé de réaliser une «semaine du salariat agricole. Du 22 septembre prochain au 6 octobre, une série de manifestation vont la ponctuer : viticulture et œnologie en Charente, maraîchage et traite assistée en Charente-maritime, filières bovines, des taurillons à l’engraissement ou des volailles bio en Deux-Sèvres, les nouvelles technologies et une exposition des machines agricoles dans la Vienne.» Il s’agit commente Jean Marie Gautier, AREFA Poitou Charentes «de montrer un autre visage des métiers agricoles si décriés, mais surtout si méconnus.»

Lire la suite dans notre édition du 4 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui