L'Agriculteur Charentais 26 juin 2014 à 10h55 | Par bernard Aumailley

Bourse maritime agricole : Nouveau silo portuaire pour Soufflet

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

En plein sur les quais du port, sous le soleil : la bourse maritime agricole, la vingtième, organisée par le Port Atlantique. Tous les intervenants, de près ou de loin, du port rochelais sont là : négociants, armateurs, stockeurs, transporteurs, courtiers, coopératives, traders, sous-traitants. Nouveauté cette année, ouvrir aux opérateurs dans les filières des engrais et de l’alimentation animale, qui prennent de l’ampleur sur l’anse Saint Marc et le môle d’escale. On y «discute» en toute convivialité. On y scelle quelques promesses de partenariats ou de travail commun. Tout confondu, dans les exportations et importations agricoles, le trafic du port rochelais atteint 4,7 Mt. «A la fin mai, quasi à la fin de la campagne céréalière» compte Dominique Marquis, «certes en retrait sur la campagne précédente qui avait été exceptionnelle à la fois en qualité et en quantité, mais l’évolution reste positive par rapport à 2011-12 avec plus de 8 % de hausse.» C’est cette actualisation que conjointement Sica Atlantique et Soufflet présentaient leurs chiffres.

Lire la suite dans notre édition du 27 juin

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui