L'Agriculteur Charentais 07 juin 2018 à 09h00 | Par Alexandre Veschini

Bovin lait : Une filière laitière fragmentée

La filière est particulièrement variée en région. La dernière étude d’Agreste Nouvelle-Aquitaine confirme des situations très diverses selon les départements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’élevage bovin laitier est essentiellement présent aux extrémités nord et sud en Nouvelle-Aquitaine.
L’élevage bovin laitier est essentiellement présent aux extrémités nord et sud en Nouvelle-Aquitaine. - © © IGN — Agreste Statistique agricole annuelle — BD

La filière bovin lait est très diverse en région Nouvelle-Aquitaine, avec trois bassins laitiers aux spécificités bien marquées.
L’étude d’Agreste Nouvelle-Aquitaine indique que la région représente seulement 5,1 % de la collecte nationale de lait de vache en 2 016 mais avec des élevages de grande taille et une production tournée vers l’industrie laitière en Poitou-Charentes, un bassin Auvergne-Limousin tourné vers la production fromagère du Massif Central et un bassin Sud-Ouest avec des exploitations plus réduites. Les industries de transformations locales sont en effet plus particulièrement tournées vers le conditionnement du lait et la fabrication de «dérivés» pour l’industrie (poudre, lactosérum).

Lire l'analyse dans notre édition papier du 8 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).