L'Agriculteur Charentais 06 avril 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Bovin : Le bouclage électronique n’est pas obligatoire pour le moment

Un arrêté est en préparation sur le bouclage électronique pour les veaux nés à partir du 1er janvier 2018. Mais pour l’instant, rien n’est obligatoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d'Alteroche

«Le conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CNOPSAV) s'est prononcé favorablement pour la mise en place de la boucle électronique pour les veaux nés à partir du 1er janvier 2018 et l'arrêté modificatif l’instaurant est en cours de préparation au ministère», a annoncé l’Association permanente des chambres d’agriculture (APCA) le 22 mars. Mais de son côté, la FNB a reçu un courrier de la DGAL (direction générale de l’alimentation) relatif à l’identification électronique annonçant que le projet d’arrêté la rendant obligatoire ne sera pas publié. La FNB souligne que «les motifs invoqués par la DGAL sont les suivants : l’identification électronique doit être associée à la dématérialisation des documents d’accompagnement des bovins, or le montage financier et l’engagement de tous les acteurs ne sont pas stabilisés à ce jour sur l’intégralité du projet. Par ailleurs, la Commission européenne a en projet de modification la codification du numéro d’identification des bovins.»

Lire la suite dans notre édition papier du 31 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.