L'Agriculteur Charentais 24 mars 2016 à 08h00 | Par Anne Claire Augereau

Bovins : Les bovins très sales saisis en abattoirs à compter du 31 mars 2016

A partir du 1er avril la gestion des animaux très sales en abattoir se durcit. Ces animaux ne pourront être traités sur chaîne au vu du risque de contamination sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réglementation européenne évolue et exige que les animaux introduits à l’abattoir soient propres.
La réglementation européenne évolue et exige que les animaux introduits à l’abattoir soient propres. - © AC

La propreté des animaux lors de leur introduction à l'abattoir est un enjeu sanitaire fort au regard des risques de contamination des viandes par des bactéries d'origine digestive. En effet, lors de l’abattage la présence de souillures incrustées dans le cuir des animaux augmente la probabilité de contamination des carcasses. Afin de limité le risque sanitaire, les animaux sont ainsi classés depuis 2009 en 4 catégories : A - propre, B - peu sale, C - sale et D - très sale, selon des critères d’évaluation des salissures sèches sur le cuir. Ces critères de notation sont précisés dans l’accord interprofessionnel règlementant cette propreté des animaux destinés à l’abattage. Jusqu’ici les animaux classés D étaient gérés en fin de chaîne et se voyaient taxés de 100€ HT.

Lire la suite dans notre édition papier du 18 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui