L'Agriculteur Charentais 15 mars 2018 à 14h00 | Par Daniel Le Saux/Laurence Guilemin

Bovins viande : Des mises à l’herbe proches et lointaines

L’association des éleveurs charolais a poursuivi son assemblée générale, à Boutenac-Touvent, sur l’exploitation de l’EARL Grenon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avant la visite de l’élevage, des techniciens de Terrena ont parlé de la conduite alimentaire de la vache allaitante (et notamment de l’importance de bien couvrir ses besoins le dernier mois de gestation), de l’influence de la  complémentation minérale des vaches gestantes sur la qualité du colostrum et la santé du veau et de l’alimentation du broutard (et de l’intérêt de la complémentation avant de le commercialiser).
Avant la visite de l’élevage, des techniciens de Terrena ont parlé de la conduite alimentaire de la vache allaitante (et notamment de l’importance de bien couvrir ses besoins le dernier mois de gestation), de l’influence de la complémentation minérale des vaches gestantes sur la qualité du colostrum et la santé du veau et de l’alimentation du broutard (et de l’intérêt de la complémentation avant de le commercialiser). - © AC

C’est à Boutenac-Touvent que l’assemblée générale de l’association des éleveurs charolais s’est prolongée, l’après-midi, sur l’exploitation de l’EARL Grenon.
Après avoir obtenu son BPREA au CFPPA de Melle, en 2011, Gaëtan Grenon travaille à mi-temps dans une exploitation laitière à Grézac, en parallèle il est aide familial chez ses parents. Dans le cadre de son projet d’installation, il a pour objectif de travailler en société avec ses parents. Le projet porte sur une augmentation de l’effectif du troupeau allaitant charolais : 75 vaches en système naisseur engraisseur.

Lire la suite dans notre édition papier du 16 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.