L'Agriculteur Charentais 28 mai 2015 à 08h00 | Par CP

Brilac : Le fragile équilibre appelle à la maîtrise des volumes

Les chantiers au programme de 2015 sont nombreux pour le bureau régional interprofessionnel du lait de chèvre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A Bougon, au cours de l’après-midi, producteurs, industriels privés et coopératives ont tracé leslignes à travailler au cours de l’année à venir.
A Bougon, au cours de l’après-midi, producteurs, industriels privés et coopératives ont tracé leslignes à travailler au cours de l’année à venir. - © Agri79

Mardi 19 mai, l’assemblée générale du Brilac faisait le tour des dossiers soumis aux regards croisés des familles qui composent l’interprofession. A Bougon (79), au cours de l’après-midi, producteurs, industriels privés et coopératives, ont tracé les lignes à travailler au cours de l’année à venir. Elles sont nombreuses. Au rang des priorités, la gestion des volumes. La famille production quelque peu frustrée par le refus catégorique des familles transformation à échanger sur le prix du litre de lait - «les règles de droit Européen sur la concurrence nous l’interdisent», précisent de concert entreprises privées et coopératives – demande de la rigueur dans la gestion des volumes. Un fragile équilibre entre l’offre et la demande est favorable ces derniers mois à la revalorisation du litre de lait. Insuffisant pour donner envie aux producteurs de lancer de nouveaux investissements et aux jeunes de porter des projets, le maillon production demande un cadre permettant de maîtriser les volumes. L’excès de matière en regard des marchés ces dernières années a plongé la filière dans une crise de laquelle les éleveurs ont encore du mal à se remettre. Dans ce contexte, la contractualisation devient un sujet important et urgent pour les exploitants. L’Anicap avance sur le sujet. Les entreprises privées sont dans les starting-blocks.

Coûts de production égaux à 2012
L’Ipampa - Lait de chèvre (Indice des prix d'achat des moyens de production agricole – base 100 en 2010), calculé par l’Institut de l’élevage, a diminué de 16 points depuis 2013, pour atteindre 111 en février 2015. Quant au prix du lait de chèvre payé au producteur, l’augmentation observée depuis 2013 se maintient début 2015 : l’Ippap (Indice des prix agricoles à la production - base 100 en 2010), calculé par l’Insee, s’est stabilisé autour de 113 soit une hausse de 11 points en deux ans.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.