L'Agriculteur Charentais 22 juin 2017 à 08h00 | Par CP

Brilac : Réfléchir à la production de lait de demain

Alors que les laiteries manquent de lait, l’interprofession a ouvert une réflexion sur le modèle d’élevage de demain .

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’avenir se construit aujourd’hui. A l’interprofession laitière du lait de chèvre, les familles, elles sont trois depuis l’assemblée générale du 8 juin, sont en pleine réalisation de fondation. Le collège production ainsi que les deux autres, le collège coopérative et le collège entreprises privées (réunis en un seul collège jusqu’au 8 juin, date à laquelle l’assemblée générale extraordinaire a calé les statuts sur ceux de l’Anicap) ont ouvert un chantier prospectif. « Alors que les laiteries manquent de lait, un travail visant à définir le modèle d’élevage de demain et les actions permettant son développement, est lancé», expose Géraldine Verdier, animatrice. Trois séminaires ont été programmés. Un en mai, un en juillet et le dernier en novembre. Ouvrir des perspectives de production tout en sécurisant la filière tant d’un point de vue économique que technique est la finalité de ce travail qui sera développé par la nouvelle équipe. «Le renouvellement des membres des 3 collèges réalisé ce mois de juin conduira à la mise en place d’un nouveau conseil d’administration à l’automne prochain», explique l’animatrice. D’ici là quelques évolutions sont à noter dans le collège producteur. Samuel Hérault devient rapporteur. Il remplace Jean-François Bernard qui n’a pas souhaité renouveler son mandat. Par ailleurs, la représentation syndicale s’élargit. Aux côtés de la FNSEA, des JA, du syndicat caprin et de la Confédération Paysanne, la Coordination Rurale sera représentée en la personne de Véronique Guérin, éleveuse dans la Vienne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.